Tourné vers l’avenir, le Ministère du Tourisme met en place des stratégies compatibles avec le thème de durabilité, non seulement en fonction de l’augmentation de l’arrivée des touristes, mais aussi, en complément, concentrées sur la redistribution des richesses à l’intérieur du pays.

 

Christian Alfredo Mera

Sous-secrétaire du Développement Touristique

 

Sans aucun doute, la méritée reconnaissance obtenue par l'Équateur n’a pas été sans effort, et son gestionnaire, le Ministère du Tourisme, en recevant la reconnaissance de l’Organisation Mondiale du Tourisme, entité qui fait partie du bureau du Conseil Mondial du Tourisme Durable. La personne que nous avons interrogée nous explique le contexte dans lequel s’est obtenu ce nouveau et mérité prix.

 

 

1.       En parlant de tourisme durable en Équateur, quelles sont les politiques qu’a mis en place le Ministère du Tourisme en respect à l’environnement naturel, culturel et social du pays ?

 

Le Ministère du Tourisme, depuis cette année, a une nouvelle stratégie de travail très compatible avec le sujet de durabilité. On ne mesure pas seulement l’arrivée des touristes dans le pays, mais sinon aussi la distribution des richesses et l’inclusion des communautés. On travaille, en plus, très près de l’industrie touristique.

 

 

2.       Comment se prépare l’Équateur quant à l’augmentation de l’arrivée des touristes dans le pays, en relation à l’amélioration de la qualité de l’offre ?

 

Cette année a été déclarée comme l’année de qualité touristique justement pour pouvoir être préparés pour l’arrivée des nouveaux touristes dans les prochaines années. Sous cette perspective, la stratégie est intégrale et se mobilise pour la prestation des services que proposent les personnes, auxquelles sont proposées des formations et dont les compétences professionnelles sont ainsi certifiées, autant sur un plan opératif qu’administratif et grandes responsabilités. Ce contrôle de gestion de qualité s’applique également aux établissements touristiques, tant à ceux qui se sont lancés récemment dans l’activité que à ceux qui ont quelques années d’expérience de prestation de ce genre de services. A eux, s’applique la norme Q, sous la marque Q qui est reliée à des critères de durabilité et qui reconnait la conformité de tous les mécanismes de bonnes pratiques du tourisme durable.

 

Le tourisme durable a des actions dans les trois champs de la durabilité :

 

Environnemental : - protection de l’environnement, recyclage des déchets, économie d’énergie, optimisation des ressources.

 

Social : - implication des communautés locales, sa participation, mise en valeur de leurs valeurs culturelles, entre autres.

 

Économique : Renforcement des entreprises

 

Tous ces aspects sont à l’intérieur d’un système de gestion de qualité. La norme Q de qualité a des indicateurs qui observent l’évaluation de tous les processus jusqu’au client final, qu’il soit touriste national ou étranger, et, en plus, il a ce que l’on appelle des audits de durabilité qui sont des indicateurs auxquels les normes sont comparées et desquels se font les évaluations.

 

Ces contrôles et évaluations sont réalisés par une équipe base formée par le Ministère et  il est complété par des processus de contrats externalisés.

 

 

3.       Quelle est l'importance de l'engagement du ministère du Tourisme avec le Conseil mondial du tourisme durable?

 

L’Équateur est un pays pionnier de l’Amérique pour adopter des critères de durabilité. Il existe quatre macro-systèmes liés à la durabilité. C’est ainsi que l’accord avec le Conseil Mondial du Tourisme Durable est de démontrer que nous avons travaillé dans une stratégie de qualité, avec des systèmes d’évaluation et des critères qui se sont appliqués à toutes les destinations.

 

La seconde phase, une fois obtenu la reconnaissance, consiste à sélectionner les destinations et à commencer les processus de mise en place de la norme pour obtenir une certification internationale.

 

 

4.       Quels sont les aspects que vous mettriez en évidence des modèles de durabilité pour le secteur du tourisme que mène le Ministère du Tourisme ?

 

Le Ministère du Tourisme travaille main dans la main avec l’industrie touristique et l’académie. Ce lien privé-public est très fort.

 

L’Équateur a une histoire intéressante. Dans les années 90 nous avons déjà été un exemple de prestation de services en écotourisme et normes de durabilité. L’Équateur détient l’unique label de durabilité en Amérique du Sud : le label Smart Voyager approuvé sur tous les continents par le Conseil Mondial du Tourisme Durable. C’est un label de référence qui a reçu la reconnaissance de l’UNESCO en 2002 pour le traitement de ces zones naturelles. Nous pouvons dire que l’écotourisme tient son origine en Équateur, et notamment dans les Iles Galápagos, quand on a commencé à travailler avec celles-ci dans les années 70. L’histoire de l’Équateur est très large et ce que l’on fait actuellement est creuser tous les aspects, les renforcer, les cibler et surtout les communiquer avec le Monde entier.

 

 

5.       Quelle fut la réponse des Nations Unies et de l’Organisation Mondial du Tourisme ?

 

Nous avons reçu la reconnaissance et les félicitations du Secrétaire Général de l’OMT, Talev Rifai. En adoptant ces critères, indirectement  l’ONU avalise le travail du destin qui se concentre sur la durabilité. Les membres de l’OMT à échelle internationale et de la région font partie du Conseil Mondial du Tourisme Durable.

 

 

6.       Quels sont les objectifs que le Ministère du Tourisme s’engage à tenir cette année ?

 

La stratégie ne se focalise pas uniquement sur l’arrivée des touristes, mais aussi sur l’augmentation des couts, lesquels vont aider à l’amélioration de services de qualité et s’inscrit dans des aspects de développement durable que nous avons mentionnés.

 

Le tourisme en Équateur augmente rapidement. Il est dans la moyenne du tourisme à échelle mondiale. En 2014  on a atteint une croissance de 14% et il est prévu pour cette année d’atteindre 7% supplémentaires. Pour y parvenir, nous avons priorisé les marchés, les destinations et produits. On que le tourisme domestique est considéré comme une priorité dans les politiques et les objectifs de MINTUR cette année. La promotion se fait à travers le développement des deux campagnes : Ecuador Potencia Turística (l'Équateur Puissance Touristique, une campagne visant à inculquer des valeurs) et Viaja Primero Ecuador (Voyage Premièrement en Équateur, où le pays est promu et offre des destinations à l’intérieur du pays).

 

 

Le travail du Ministère du Tourisme est concentré à l’aligner avec les tendances mondiales dans le développement d’un travail d’équipe avec l’industrie et l’Académie et avec une focalisation sur l’amélioration des services. C’est pour cette raison que sont mises en place et à exécution les campagnes de « toilettes propres » dans les stations-services ; « plages propres », dans le cadre d’une concentration sur les qualités des destinations.

 

Nous mettons en avant les procédés développés dans la formation, la qualité des produits, une réduction des processus, la modernisation technologique du territoire, la priorisation des actions du marché, la promotion et le positionnement du pays. D’où le succès, par exemple de la campagne internationale All You Need Is Ecuador Trade.

 

 

Share this post

Submit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn