COSMOLOGIE


Les Achuar sont une population indigène de l’Amazonie. Ils occupent des territoires en Équateur et au Pérou. En Équateur ils forment la Nationalité Achuar de l’Équateur (NAE), propriétaire de plus de 700000 hectares de forêts tropicales humides dans les provinces de Pastaza et Morona Santiago. Les Achuar conservent la majorité de leurs croyances, rites et traditions ancestrales.


Pour les Achuar,la vie se déroule dans la jungle et en constante interaction avec la nature. C’est la nature qui leur fournit les matières premières, la nourriture, le travail, la médecine, et des abris. Il existe une relation étroite entre les personnes et l’environnement, ce qui se manifeste dans la vie quotidienne et est renforcée à travers une variété de rites et de traditions. Ils vivent dans l’une des régions les plus reculées de l’Amazonie équatorienne.


Ils sont géographiquement isolés des routes et autres voies d’accès. La voix aérienne est la seule façon d’accéder aux communautés Achuar, grâce à des avions Tame Amazonia ou de l’Institut Amazonien de Développement Écologique (ECORAE).


Les Achuar sont connectés à la nature et apprennent d’elle via des rêves et des visions. Ces rêves les guident dans leur vie quotidienne. Il existe divers rites et traditions qui permettent aux Achuar de se connecter avec Nunkui, la déesse de la Terre, afin de lui demander de bonnes moissons; ou avec Arutam, le dieu de la jungle, afin d’apprendre les secrets et les messages de la forêt amazonienne.


La forêt, l’eau, les arbres, les plantes, le vent et les saisons climatiques sont très reliés à la conception du Monde des indigènes d’Amazonie. C’est ce que pensent les shamans indigènes, qui pratiquent des rituels depuis les temps ancestraux et encore aujourd’hui. Les shamans réalisent des démonstrations publiques de leurs rituels dans des lieux touristiques, que ce soit dans les centres d’interprétation des écohôtels, ou dans leurs propres communautés.


La culture Achuar est très étroitement liée à la forêt tropicale humide et constitue un des plus importants patrimoines de l’Équateur. Il est nécessaire de préserver ce patrimoine naturel et culturel. C’est de là que surgit la transcendance du tourisme comme un pilier au rôle clé, grâce au développement de projets comme le Kapawi Ecolodge, ou le Centre d’Écotourisme Tiinkias.


Ce sont des entreprises qui permettent de connaître, d’apprendre et de profiter d’une manière responsable de la richesse de la culture Achuar et de soutenir le développement durable du territoire.


Il est important que des sources propres de production de richesse, comme c’est le cas du tourisme, se multiplient dans les communautés Achuar. Dans le cas contraire, ils devraient avoir recours à des industries extractives, qui causent des dommages à l’écosystème, à leur santé et à leur vision millénaire du monde.

Tout ce que vous devez savoir: Les sirènes ou “yakurunas” peuvent être vus dans le forêt tropical. Il est un mythe indigène que dit que les sirènes récompensent ou punissent les gens, selon leur attitude au nom de la protection de la nature ou pas. C´est un mythe populaire.

Share this post

Submit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn