THE FORESTS DIVERSE AND VALUABLE


La forêt tropicale est l’expression constamment utilisée pour décrire l’ensemble d’écosystèmes divers et complexes qui forment l’Amazonie. Il existe une grande diversité d’espèces de faune et de flore. Le cinquième de toute l’eau douce de la planète se situe dans le bassin amazonien d’Amérique du Sud.


« Il y a des forêts basses appelées várzea, situées le long des berges, et des forêts hautes, appelées terre ferme. Il existe également des zones inondables, des zones où se concentrent des palmier-bâche, toujours inondées, dans des lieux sujets ou non à de forts vents. On y trouve également des zones d’arbres matures (forêts primaires), et d’autres zones en récupération après la chute d’arbres », commente Kelly Swing, Directeur et Fondateur de la Station de Biodiversité Tiputini (EBT), de l’Université San Francisco de Quito (USFQ).



Swing mentionne que la classification des forêts dépend de la perspective de l’observateur. « Certaines personnes voient le monde entier comme un seul écosystème ou un organisme. Dans la jungle, compte tenu de la présence de tant d’espèces avec leurs rôles et leurs multiples interactions, la région amazonienne devrait être considérée comme une complexe unité qui mérite une large place accordée à la recherche et à l’application de stratégies optimales de protection », affirme le Directeur et Fondateur de la Station de Biodiversité Tiputini.


La préservation des écosystèmes a une importance clé dans la régulation de la planète Terre. « Les cycles de minéraux, de l’oxygène et de l’eau passent à travers les écosystèmes de la planète. La nature et nous-mêmes dépendons de ces ressources. Il n’existe aucune matière première qui ne provienne pas de la nature », signale-t-il.


En parlant de l’Amazonie, le scientifique explique que « les forêts amazonienne sont si vastes que leur rôle est particulièrement important pour la planète. La forêt intacte, dans son état naturel, joue un rôle efficace en relation à tout ceci; tout comme au niveau du renouvellement des ressources que nous souhaitons utiliser. Quand on intervient, sa capacité diminue », ajoute le Directeur de la Station de Biodiversité Tiputini.


Le flux d’énergie entre l’atmosphère et le biote fait partie de l’équilibre qui maintient le climat mondial et local. Le changement de n’importe quelle partie du cycle (production de plus de carbone, élimination de forêts, etc.) provoque des changements dans les vies dépendantes, ce qui par la suite modifie la disponibilité de l’eau et la productivité de l’agriculture », mentionne Kelly Swing, Directeur de la Station de Biodiversité Tiputini.

La production d’oxygène et l’absorption de dioxyde de carbone (CO2) sont les principales fonctions des forêts. « Les arbres sont importants pour la concentration de carbone qui se maintient dans l’air, étant donné qu’ils stockent le carbone sur leur bois et leurs feuilles. Fournir un habitat pour la majorité de la flore et de la faune de la planète constitue une autre fonction de ces forêts. Probablement 80 % de toutes les espèces vivent dans les régions équinoxiales », souligne Swing. En termes d’eau, la circulation de cette dernière en Amazonie affecte le climat (pluviosité) dans plus de la moitié du pays.

Share this post

Submit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn